Par , le 29 octobre 2012 à 17h23, mis à jour le 29 octobre 2012 à 17h35

Inédit ! Cauchemar meurtrier : pour l'amour d'une mère - Vendredi 23 novembre

Rendez-vous Le vendredi 14 septembre pour plonger dans le récit de ces deux mystérieuses affaires !

Partager :
Suspect n° 1 - Suspect n°1
Cauchemar meurtrier : pour l'amour d'une mère.
" La vérité sort de la bouche des enfants " : qui ne connaît pas cet adage populaire ? Et bien, jamais, sans doute, il n'a été aussi vrai que dans l'affaire criminelle de ce soir.
L'histoire débute en août 1998, à Avèze, dans le Gard. Djamila, une jeune mère de famille, quitte, du jour au lendemain, son compagnon Christian Carrié et leur petite fille, âgée de tout juste deux ans.

Rien d'alarmant pour la police. Christian Carrié, le concubin, est catégorique : il revoit régulièrement son ancienne compagne !
Djamila a refait sa vie avec d'autres hommes et a choisi de lui laisser la garde de leur fille... Ce qui est confirmé par d'autres témoignages.
Durant 10 ans, personne ne doute de cette version. Personne, sauf la propre fille de Djamila... Depuis le départ de sa mère, l'enfant n'arrête pas de faire d'affreux cauchemars...
Des rêves très étranges qui vont finir par intéresser les gendarmes.

Un héritage très convoité.

Le 9 avril 2009, dans le Morbihan, deux cambrioleurs s'introduisent dans la demeure d'Eugène Le Couviour et de sa seconde femme Anne-Marie.
Ils font preuve d'une telle brutalité qu'Anne-Marie trouve la mort au cours de l'opération.
Les enquêteurs pensent d'abord à un banal fait divers. Mais un témoignage fait brutalement basculer l'affaire.

C'est la belle-fille d'Eugène qui a commandité le cambriolage pour récupérer des documents financiers. Car Eugène Le Couviour est un homme très riche et très âgé.
Or son héritage provoque une guerre ouverte entre ses enfants et ceux de sa seconde épouse décédée... Alors que s'est-il vraiment passé ce soir-là ?

La mort d'Anne-Marie Le Couviour est-elle un accident ou bien les deux agresseurs avaient-ils pour mission de l'éliminer en maquillant le meurtre en cambriolage ? Peut-on maquiller un crime crapuleux en banal accident ?


Rendez-vous le vendredi 23 Novembre à 20h45
pour plonger dans le récit de ces deux mystérieuses affaires !


 


Vos RÉACTIONS


Publicité