Par , le 04 novembre 2012 à 23h30

Un ventre tablier

Pour supprimer cet encombrant tablier, seul le chirurgien esthétique, qui intervient à la fois sur le muscle, la graisse et la peau, est compétent. Modalités opératoires.

Partager :
ventre tablier
Prises de poids alternées avec amaigrissement, grossesses, quoi qu'il en soit, le ventre, muscle et peau, s'est relâché. La paroi abdominale est détendue, et les muscles (les grands droits) qui corsètent le ventre se disjoignent. Un coussin de graisse s'est installé sous l'ombilic, et la peau s'est étirée jusqu'à recouvrir tout ou partie du pubis.

Pour corriger ce défaut, esthétique et possiblement générateur de maladies (une mycose des plis par exemple), on réalise une plastie abdominale ou abominoplastie, sous anesthésie locorégionale habituellement (seul, le ventre est endormi) ou générale selon le souhait du patient.

Une fois que les efforts de rééducation alimentaire et physique ont porté le maximum de leurs fruits, l'intervention consiste à remettre en tension la sangle musculaire abdominale, dégraisser par une lipo-aspiration, ôter un lambeau de peau horizontal en forme de croissant (de l'ombilic au pubis), remettre le nombril à sa place et refermer. On récupère à ces conditions un ventre aussi plat que possible (qui ne sera bien sûr pas celui de ses 20 ans...). L'intervention peut être envisagée en l'absence de projet de grossesse ultérieure, pour ne pas en compromettre le résultat.

Il est obtenu en à peine 2 heures d'intervention, des soins sur la cicatrice (fine, moins d'un mm) pendant 8 jours environ, 2 à 3 nuits d'hospitalisation et une à trois semaines de convalescence où l'on porte une gaine légère qui contient l'abdomen et ses enveloppes, le temps d'une cicatrisation suffisante.

Il faut compter au moins 3800€ pour l'intervention, honoraires du chirurgien et de l'anesthésiste compris, quand la plastie n'est pas prise en charge par l'Assurance maladie, un dépassement d'au moins 2300€ si elle l'est (que la mutuelle peut alors solder, tout ou partie).

Pour que l'Assurance maladie prenne en charge l'opération, le tablier abdominal doit "basculer en besace", c'est-à-dire recouvrir entièrement le pubis, et ce indépendamment de l'état de la peau (et de la présence de vergetures) ou du nombre de grossesses.

Une demande d'entente préalable (un document remis lors de la première consultation), suivie d'une consultation avec le médecin conseil de la Sécurité sociale qui valide l'indication opératoire, est le Sésame pour la prise en charge. En deçà, la plastie abdominale est du ressort de la chirurgie esthétique uniquement, et intégralement facturée au patient.

 

Vos RÉACTIONS


Publicité