Par , le 11 novembre 2012 à 23h45

Une alopécie, jusqu'à la calvitie

Raison la plus fréquente d'une chute des cheveux, l'alopécie “androgénétique“ ou calvitie touche principalement les hommes... Même si ce sont les femmes qui consultent davantage, lorsque leur chevelure s'éclaircit de façon diffuse et durablement.

Partager :
alopécie

Une alopécie peut être partielle ou diffuse, temporaire ou définitive... La plupart sont androgénétiques, la racine du cheveu étant anormalement sensible aux variations des hormones mâles. Cette particularité, génétique, se transmet par la mère et/ou le père. L'alopécie touche les hommes (25 % des hommes à 25 ans, 50 % à 50 ans !), mais aussi les femmes (10 % environ), plus tardivement. Elle peut encore révéler un problème endocrinien, thyroïdien surtout, ou des carences, en fer et alimentaires.

Un cheveu sous influences


Ce long poil implanté dans le cuir chevelu est composé d'une tige (la partie visible du cheveu), d'une racine enfoncée dans le follicule pileux et surtout d'une papille dermique (sur la racine) au contact de vaisseaux et de nerfs qui déterminent la croissance du cheveu. C'est ici que parviennent les hormones (estrogènes et androgènes) et les signaux régulateurs pour la fabrication de la tige. L'alopécie androgénétique comme son nom l'indique est à la fois d'origine génétique et hormonale. Les androgènes sécrétés par les glandes génitales et les surrénales sont en effet naturellement transformés à la racine des cheveux en dihydrotestostérone (DHT), l'hormone active, par une enzyme, la 5-alpha réductase.

Or le follicule pilo-sébacé est ici anormalement sensible à la DHT... Et le cycle pilaire est accéléré : dès 6 mois (au lieu de 2 à 3 ans), le cheveu se miniaturise et devient duvet. Une perturbation qui se traduit par un épuisement prématuré du capital de renouvellement du cheveu (25 cycles au plus). La calvitie débute habituellement sur les golfes temporaux qui s'éclaircissent et reculent progressivement. À l'inverse de celle des femmes, plus diffuse, qui respecte la ligne du front.

Traiter par la racine

En dehors des cosmétiques, plus indiqués pour les alopécies diffuses aiguës, on dispose de deux principes actifs, possiblement prescrits (par un médecin) sur le long terme. Le premier, le minoxidil, à 5 % (la forme à 2 % étant plutôt destinée aux femmes et aux alopécies modérées), stimule la vascularisation sanguine et les cellules qui se multiplient à la base de la racine. Le second est un inhibiteur de la 5-alpha réductase, le finastéride.

On applique le minoxidil matin et soir, tous les jours, pendant au moins 3 à 4 mois pour juger du résultat avant d'éventuellement essayer le finastéride. On le prend à la dose d'un comprimé (1 mg) par jour, avec un risque d'impuissance et de baisse de la libido dans 1 % des cas en début de traitement qui se résout spontanément (ou à l'arrêt, en 15 jours).

Les deux molécules sont aussi efficaces, avec un blocage de la chute chez 75 % des hommes traités et même une petite amélioration pour 40 %. Mieux vaut donc commencer tôt, pour bloquer le processus, ce qui décale la calvitie d'autant, le traitement étant suspensif (l'alopécie reprend à l'arrêt).

 

Vos RÉACTIONS


Publicité